Les séminaires, les conventions annuelles et autres “Grand-messes d’entreprise” sont des moments privilégiés entre la société et ses salariés.

C’est l’occasion pour celles-ci de faire passer un ou des messages à grande échelle.

Mais, admettons-le, cet événement peut aussi souvent se transformer en un moment rébarbatif voire ennuyeux s’il manque de rythme ou d’originalité.

C’est pourquoi, les services R.H. et Com. prévoient de plus en plus des moments d’activité décalés au sein de ces journées afin de les rendre plus conviviaux. Ces rendez-vous d’entreprise sont généralement construits en deux temps : une première partie en plénière assez formelle afin d’évoquer les bilans/perspectives, et une seconde plus « récréative », consacrée aux ateliers (Workshop) ou autre Team-building.

Ce modèle de convention est rentré dans les mœurs depuis déjà plusieurs années.

En revanche, nous observons depuis peu une tendance tout à fait novatrice dans la façon d’aborder la plénière bilans/perspectives.

Historiquement cela ressemblait à une succession de tableaux Excel illisibles et autres graphiques ennuyeux présentés par des orateurs parfois hésitants face à leur public.

Les entreprises ont commencé à repenser ce temps afin d’allier l’utile et l’agréable. Pour cela, elles font appel à des animateurs conférenciers qui vont, non seulement aider à mettre en valeur les intervenants mais aussi dynamiser les échanges.

Cette forme d’intervention donne une valeur ajoutée conséquente à un séminaire en allant chercher des intervenants de différents univers (…) Leur rôle est d’être le liant entre les différentes parties de la plénière ”, commente Xavier M., fondateur d’une agence de communication.

L’animateur-conférencier apporte son expertise de communicant, en plus de sa vision extérieure.

Pour garantir la réussite d’une convention, intégrer une forme décalée à un fond sérieux devient juste une évidence.